Autres Écrits

Document 3

Notre Dieu est un feu consumant

Le Seigneur vient. Il vient avec puissance et grande gloire. Et « notre Dieu est un feu consumant ». Pour ce qui est des temps et saisons, nous n'avons pas besoin de vous en parler; car vous savez parfaitement que le jour du Seigneur vient comme un voleur dans la nuit. Car lorsqu'ils diront : « Paix et sûreté », alors une destruction soudaine les surprendra et ils n'échapperont pas. Et même s'il est vrai que nous n'avons pas besoin de vous parler des temps et des saisons, il y a des choses relatives à Sa venue qu'il est tout à fait essentiel de discuter et d'examiner en tout temps, c'est-à-dire l'effet de Sa venue; car Il vient « comme une flamme de feu pour tirer vengeance de ceux qui ne connaissent pas Dieu et n'obéissent pas à l'évangile de notre Seigneur Jésus-Christ ». Et tous ceux-là auront « pour châtiment une destruction éternelle loin de la présence du Seigneur et de la gloire de sa puissance. » (2 Thessaloniciens 1.8-9, KJV).

Il est aussi écrit : « Et alors paraîtra l'impie, que le Seigneur Jésus consumera par le souffle de sa bouche, et qu'il anéantira par l'éclat de son avènement. » (2 Thessaloniciens 2.8 ). Ainsi quand Il viendra dans Sa gloire, ce sera une gloire consumante, brûlant tous les méchants et tous ceux qui sont entourés d'impiété.

Il est encore écrit : « Voici, le jour de l'Éternel arrive, jour cruel, jour de colère et d'ardente fureur, qui réduira la terre en solitude, et en exterminera les pécheurs... Je punirai le monde pour sa malice, et les méchants pour leur iniquité » (Ésaïe 13.9-11 ). Et « Qui pourra soutenir le jour de sa venue? Qui restera debout quand il paraîtra? » (Malachie 3.2 ). C'est là la question. Comme Il est un feu consumant et comme nous Le verrons à Son retour tel qu'Il est, nous aurons à faire face au feu consumant qu'Il est et il n'y aura aucun moyen d'y échapper.

Quand Il reviendra, Il ne fera pas plus de distinction entre les personnes qu'avant Sa venue. « Dieu ne fait point acception de personnes. » Tout aussi certainement qu'Il est ce qu'Il est, Il reviendra tel qu'Il est; et tout aussi certainement que nous Le verrons tel qu'Il est, nous serons tous -- chacun de nous -- traités selon ce que nous sommes. Aucun changement de caractère ne surviendra, il n'y aura plus de place pour un changement intérieur en ce jour.

Cependant, en ce jour comme dans tous les autres jours, ce n'est pas sur les hommes eux-mêmes que tombera la colère de Dieu, mais sur les péchés des hommes et sur les hommes seulement s'ils se sont identifiés, unis à leurs péchés. « Car la colère de Dieu se révèle du ciel », non pas contre tous les hommes impies ni contre tous les hommes injustes, mais « contre toute impiété et toute injustice des hommes » (Romains 1.18 ). Et c'est seulement si l'homme s'attache à son impiété, seulement s'il retient injustement la vérité captive que la colère de Dieu se révélera du ciel contre lui et même là non pas tellement contre lui mais contre le péché auquel il s'attache et qu'il ne veut pas abandonner. Et ayant ainsi fait son choix et demeurant ferme dans son choix, il devra subir les conséquences de son choix quand ce choix aura atteint sa limite. Il est ainsi écrit et je le lis à nouveau : « La colère de Dieu est révélée du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent la vérité captive [qui empêchent la vérité de se faire connaître, qui la repoussent] dans leur injustice. »

Continuant à l'endroit où nous étions il y a un moment : « Et alors paraîtra l'impie, que le Seigneur Jésus détruira par le souffle de sa bouche, et qu'il anéantira par l'éclat de son avènement. L'apparition de cet impie se fera, par la puissance de Satan, avec toutes sortes de miracles, de signes et de prodiges mensongers, et avec toutes les séductions de l'iniquité pour ceux qui périssent parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés. Pour cette raison, Dieu leur envoie une puissance d'égarement, pour qu'ils croient au mensonge, afin que tous ceux qui n'ont pas cru à la vérité, mais qui ont pris plaisir à l'injustice, soient condamnés. » « N'ont pas cru à la vérité. » Ils l'ont connue; elle leur a été présentée; leur coeur la leur a révélée, l'Esprit de Dieu leur a dit que c'était la vérité; leurs propres consciences l'ont approuvée dans sa totalité : mais ils n'ont pas voulu croire la vérité; ils « ont pris plaisir à l'injustice » et ils ont caché et repoussé la vérité dans leur injustice et c'est « pour cette raison » que la colère de Dieu s'est révélée du ciel et les frappe.

Cependant, comme nous l'avons déjà déclaré, la colère de Dieu n'est pas principalement dirigée contre eux, mais contre la chose qu'ils aiment, contre la chose à laquelle ils s'attachent et dont ils ne veulent pas être séparés. Et finalement, en ce grand jour où le jugement aura lieu et où l'on verra à droite et à gauche tous les gens qui auront vécu, ceux qui sont à gauche iront « dans le feu éternel, préparé » non pour eux, mais « pour le diable et ses anges ». Le Seigneur a fait tout ce qui était possible pour qu'ils ne puissent jamais voir cela. Il a donné Son Fils pour les sauver, afin qu'ils n'en viennent jamais à connaître cela. Le feu éternel n'a pas été préparé pour eux. Il ne désire pas qu'ils soient perdus mais ils doivent y aller parce que c'est la compagnie qu'ils ont choisie, c'est la place qu'ils ont aimée et qu'ils n'ont pas voulu quitter. C'est pourquoi Il dit : « Éloignez-vous de moi, vous maudits, et allez dans le feu éternel, préparé pour le diable et ses anges ».

Il n'a pas été préparé pour vous. En ce jour-là, Dieu -- en cette heure, le Seigneur Jésus-Christ -- quand la parole sera prononcée, sera tout aussi peiné qu'Il le fut au moment de la crucifixion. Il sera aussi peiné que ces gens aient à se rendre à cet endroit qui n'a pas été préparé pour eux que lorsqu'Il le fut à l'heure de la croix. Il ne Lui est pas agréable que quiconque doive ainsi y aller. Ils sont là à cause de ce péché auquel ils se sont attachés de manière inséparable. Et cela étant leur choix irrévocable, ils obtiennent simplement l'occasion maintenant de recevoir pleinement ce qu'ils ont choisi. Ils ont toujours eu le choix; ils ont fait leur choix; ils s'en sont fermement tenus à leur choix et maintenant qu'ils reçoivent les conséquences de leur choix, ils ne peuvent plus se plaindre. Dieu a fait tout ce qu'Il pouvait faire mais ils n'en voulaient pas.

Aussi, même si c'est un fait que le Seigneur ne désire pas qu'une telle chose arrive à quiconque, cependant, puisque « Dieu est un feu consumant », Il ne peut paraître différemment à Son retour. Étant un feu et venant tel qu'Il est, Il reviendra dans une flamme de feu pour rendre à la méchanceté son dû et quiconque s'est attaché à cette méchanceté devra subir le même sort.

« Tirant vengeance de ceux qui ne connaissent pas Dieu. » Ils ont eu l'occasion de connaître Dieu. Des foules de gens ont professé connaître Dieu, mais L'ont renié par leurs oeuvres. Ils avaient la forme de la piété -- la profession -- mais ils reniaient ce qui en fait la force. Vous connaissez ces paroles : « Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l'argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d'orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant une forme de piété, mais reniant ce qui en fait la force. Éloigne-toi de ces hommes-là. Il en est parmi eux qui s'introduisent dans les maisons, et qui captivent des femmes d'un esprit faible et borné, chargées de péchés, agitées par des passions de toute espèce,... [ils sont] réprouvés en ce qui concerne la foi. » (2 Timothée 3.1-8 ). Et la ruine fondra sur eux, non parce qu'ils n'ont pas eu l'opportunité [de connaître Dieu], mais parce qu'ils ont méprisé toutes les opportunités qu'ils ont eues; non parce qu'ils n'ont aucune occasion de connaître Dieu, mais parce qu'ils ont rejeté toutes les occasions que Dieu leur a données de Le trouver et de Le connaître quand Il S'est révélé.

Dieu est très clair car Jésus a dit : « Si quelqu'un entend mes paroles et ne les garde point, ce n'est pas moi qui le juge; car je suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde. Celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge. » (Jean 12.47-48 )

Maintenant trouvons qui est ce « juge ». Ce n'est pas Jésus-Christ. Il dit que ce n'est pas Lui. Ce n'est pas Dieu; car le Seigneur Jésus a dit : « Si quelqu'un entend mes paroles et ne les garde point, ce n'est pas moi qui le juge ». Ce n'est pas Lui. Mais il existe pourtant celui qui le juge et je pense que nous pouvons le découvrir. Regardons de nouveau : « Si quelqu'un entend mes paroles ». Cette parole, c'est la parole de Dieu. C'est la parole de vie de Dieu parce que c'est la parole de Dieu. La parole de vie de Dieu est vie éternelle parce que la vie de Dieu est éternelle. C'est donc la parole de la vie éternelle. Cette parole est dite. Tous les hommes l'entendent. « Si quelqu'un entend mes paroles et ne croit pas », et « celui qui me rejette et ne reçoit pas mes paroles », [que lui arrive-t-il?] Cette parole étant la parole de vie, quand elle vient à vous ou à moi ou à un autre homme, c'est la vie éternelle qui vient à vous, à moi ou à cet autre homme. Dans « les paroles de la vie éternelle », la vie éternelle vient à celui à qui vient la parole. Et lorsqu'il rejette la parole, il rejette la vie éternelle. Et en choisissant de rejeter la vie éternelle, il choisit la mort éternelle. C'est son propre choix de rejeter la vie éternelle et en la rejetant, il choisit la mort. Alors quand survient la mort qu'il a choisie, qui la lui a apportée? Qui l'a considéré comme digne de mort? Qui l'a jugé? Qui l'a condamné à mort? C'est lui seulement. Personne d'autre n'y est impliqué en rien. Dieu a fait tout ce qu'Il pouvait : Il a placé devant lui la vie éternelle, Il l'a entouré de tous les encouragements possibles et Il a cherché à le persuader par les meilleurs arguments de la recevoir; Il l'a rendue attrayante à ses yeux; elle a été ornée, décorée, rendue aussi belle que la vérité divine pouvait l'être, et son propre coeur l'a approuvé; l'Esprit de Dieu lui a dit : « C'est la bonne chose, c'est la vérité : mais il a "pris plaisir à l'injustice". » (2 Thessaloniciens 2.12 ). Il a rejeté la parole et en rejetant la parole de la vie éternelle, il a rejeté la vie éternelle et il a ainsi choisi la mort éternelle. Et quand il reçoit la mort éternelle, c'est uniquement ce qu'il a choisi. Il est le seul à s'être considéré comme digne d'elle.

Quand Paul et Barnabas étaient à Antioche et que les Juifs ont contredit et maudit les choses dites par Paul et Barnabas aux Gentils, ces hommes de Dieu sont devenus pleins d'assurance et leur ont dit : « C'est à vous premièrement que la parole de Dieu devait être annoncée; mais, puisque vous la repoussez, et que vous vous jugez vous-mêmes indignes de la vie éternelle, voici, nous nous tournons vers les païens. » (Actes 13.46 ). Remarquez, il n'est pas dit : « Nous vous jugeons indignes de la vie éternelle. » Non, « vous vous jugez vous-mêmes indignes de la vie éternelle. » Tout homme qui verra la destruction passera sur lui-même le jugement de cette destruction.

Toutes les Écritures sont fondées sur cette idée : que ce n'est pas contre la personne mais contre la chose à laquelle la personne s'est attachée que s'abat la colère de Dieu. Puisque le Seigneur exécute Sa vengeance à la base contre le péché seulement, puisque Sa colère ne touche que l'impiété et l'injustice, et qu'Il a fait tout ce qu'Il pouvait pour amener les gens à se séparer du péché, alors quand viendra le jour ardent de Son retour et qu'Il se révélera au monde qui Le verra tel qu'Il est, ce sera encore une fois seulement contre le péché qu'Il exécutera Sa vengeance.

Qu'est-ce que Dieu pourrait faire de plus que ce qu'Il a fait pour enlever le péché? Il a donné Son Fils unique; Christ S'est donné Lui-même afin que quiconque croit en Lui ne périsse point mais qu'il ait la vie éternelle. Il promet à chaque âme qui croira qu'elle ne périra pas. La parole ne dit pas comme on l'interprète souvent : Dieu a tant aimé le monde qu'Il a donné Son Fils unique afin que quiconque croit en Lui ne puisse pas périr mais avoir la vie éternelle. Rien de tel. C'est le verset suivant qui contient le mot puisse : « Dieu n'a pas envoyé Son Fils dans le monde pour condamner le monde mais afin que le monde puisse être sauvé. » Et il peut l'être. Quand Dieu a donné Son Fils, Il a dans ce don établi la possibilité éternelle que chaque âme en ce monde puisse être sauvée. Mais c'est là que se trouve le « puisse ». C'est là qu'est le « peut être ». Car le salut d'une personne dépend de ce qu'elle choisit. Le Seigneur ne nous sauvera pas malgré nous. Il a rendu possible dans le don de Christ que chacun de nous soit sauvé. C'est à nous de choisir le salut qu'Il a donné; porter la croix et prendre les moyens appropriés le rendront certain pour nous.

Mais lorsqu'une personne a choisi Christ et croit en Lui, il n'y a plus de « peut-être » qui subsiste. Il en sera ainsi. Ensuite vient le verset dans lequel on trouve l'assurance du fait : « Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné Son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse point [non pas 'ne puisse pas périr'] mais ait la vie éternelle. » Croire en Jésus-Christ élimine tous les « peut-être » qu'il y ait jamais eu dans le verset et lui confère une éternelle assurance. Ainsi donc, Dieu dit à chaque âme qui croit en Jésus : « Je m'engage personnellement à ce que vous "ne périssiez point".» À chaque âme de ce monde, aussi méchante qu'elle puisse être, le message de Dieu est qu'Il a fait provision, qu'Il a établi la chose et l'a si fermement fixée qu'aussi sûrement qu'une âme croit en Jésus-Christ, cette âme « ne périra point ». C'est une belle offre. Elle est infiniment honnête et infiniment généreuse. Elle est aussi honnête et généreuse que Dieu l'est.

La destruction du péché est le seul chemin du salut. Son nom sera appelé « Jésus : car il sauvera son peuple de ses péchés » (Matthieu 1.21 ). Aussi quand j'accepte Son offre, aussi certainement que je crois en Jésus, je ne périrai pas. Et en ceci j'accepte ce qui a été pourvu pour que j'abandonne le péché. Je consens volontairement à être séparé du péché et à me séparer du péché. Écoutez : « Sachant ceci, que notre vieil homme est crucifié avec lui afin que le corps du péché puisse être détruit. » (Romains 6.6 ). L'objectif de la croix de Christ est donc la destruction du péché. N'oubliez jamais cette pensée. Retenez-la fermement pour toujours : la croix de Christ, la crucifixion de Jésus-Christ a pour objectif la destruction du péché. Remercions le Seigneur, cet objectif sera accompli. Maintenant lisons le verset dans son entier : « Sachant ceci, que notre vieil homme est crucifié avec lui, afin que le corps du péché puisse être détruit, pour que nous ne soyons plus au service du péché » (Romains 6.6 ). Il y a non seulement destruction du péché mais aussi délivrance du service du péché. « Car le péché n'aura plus de pouvoir sur vous. » (Verset 14). Suivons brièvement cette pensée tout au long du chapitre. Il y a en elle tout un monde de joie et de victoire chrétiennes.

« Car celui qui est mort est libéré du péché ». Celui qui est crucifié, celui qui a accepté la mort de Jésus-Christ et est crucifié avec Lui, celui-là est libéré du péché.

« Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. » (Romains 6.8 ). Mais où vit-Il? Vit-Il dans le péché? Il ne l'a jamais fait. Alors, aussi certainement que nous vivons avec Lui, nous vivons avec Lui libérés du péché.

« Sachant que Christ étant ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n'a plus aucun pouvoir sur lui. » (Romains 6.9 ). Elle n'a pu retenir la domination qu'elle avait. Elle a eu la domination parce qu'Il S'est Lui-même livré au pouvoir de la mort; mais la mort ne pouvait Le retenir parce qu'Il était séparé du péché. La mort ne peut pas non plus retenir quiconque; même si elle domine sur lui, elle ne peut retenir l'homme qui est délivré du péché.

« Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ notre Seigneur. Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, pour que vous obéissez à ses convoitises. Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d'iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. Car le péché n'aura point de pouvoir sur vous. » (Romains 6.11-14 )

L'apôtre dit ici que le péché n'aura point de pouvoir sur vous. Que le péché ne règne donc point dans votre chair, dans vos membres. Puis un peu plus loin : « Ne savez-vous pas qu'en vous livrant à quelqu'un comme serviteurs pour lui obéir, vous êtes serviteurs de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice? » (Romains 6.16 ). Le verset suivant se lit ainsi : « Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été serviteurs du péché, vous avez obéi de coeur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits. Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus serviteurs de la justice. » (Romains 6.17-18 )

La croix de Christ donne non seulement la délivrance du péché mais fait des hommes des serviteurs de la justice. Le verset suivant nous dit que le service de la justice mène « à la sainteté »; le but de la sainteté est la vie éternelle et sans la sainteté « personne ne verra le Seigneur ».

Alors il est parfaitement clair, aussi clair que A B C, que la seule vraie façon de nous préparer pour la venue du Seigneur est de nous séparer du péché. Cela ne fait aucune différence que nous parlions beaucoup de la venue du Seigneur ou que nous prêchions sur les signes des temps, ou à quel point et de quelle manière nous nous y préparons, même si nous vendons tout ce que nous avons pour le donner aux pauvres, si nous ne nous séparons pas du péché, si nous ne nous préoccupons pas constamment de nous séparer totalement du péché et de devenir des serviteurs de justice en vue de la sainteté, notre préparation pour la venue du Seigneur ne rime à rien et notre profession n'est qu'une supercherie. Il se peut que nous ne le fassions pas délibérément comme tel mais nous nous trompons nous-mêmes. Il se peut que nous nous séduisions nous-mêmes ainsi, mais cela ne fait aucune différence : si notre préoccupation constante n'est pas de nous séparer entièrement du péché, notre profession est une supercherie.

Professer être un Adventiste, être un Adventiste du Septième Jour, attendant la venue du Seigneur, dire aux gens que la venue du Seigneur est proche, surveiller les signes des temps, tout ceci est bien, absolument et totalement correct. Mais même si j'ai tout ceci, si je ne possède pas cette chose unique -- l'ambition unique d'être complètement séparé du péché et du service du péché, ma profession de foi adventiste est une supercherie; car si je ne suis pas séparé du péché, je ne pourrai pas du tout rencontrer le Seigneur en paix. Par conséquent, si ma seule ambition n'est pas de me séparer du péché et de son service, je ne me prépare pas du tout à rencontrer le Seigneur.

Alors la question qui concerne chacun de nous ici aujourd'hui, et les Adventistes du Septième Jour plus que tous, est celle-ci : Nous préparons-nous à rencontrer le Seigneur qu'aucun homme ne verra sans la sainteté? Je vais vous demander plus que cela : Êtes-vous prêts à rencontrer le Seigneur? Des temps et des saisons, vous n'avez pas besoin que je vous en parle. Il n'est pas nécessaire que je me tienne ici et que je vous parle de l'imminence du retour du Seigneur. Les signes se multiplient sur la terre. Vous êtes adventistes. Vous savez tout cela; mais il est approprié pour ma part, maintenant et toujours, que je sois ici et que je vous demande : Êtes-vous séparés du péché? Et si vous êtes séparés du péché, êtes-vous prêts à rencontrer le Seigneur? Car notre Dieu est un feu consumant et il est inutile d'essayer d'y échapper. Il n'est rien d'autre. Vous ne devez pas vous bercer de l'idée que Dieu est autre chose qu'un feu consumant. Il vous faut voir les choses en face. Il dit qu'Il est exactement ce qu'Il est; et plus vite vous et moi aurons accepté que Dieu est un feu consumant, mieux ce sera.

Christ revient; nous en parlons; Il revient pour nous chercher. Il vient dans une flamme de feu, Il vient comme un feu consumant; mais je voudrais savoir à quoi sert de parler de Sa venue si nous ne sommes pas prêts à Le rencontrer dans ce feu consumant. L'indifférence est une séduction certaine pour quiconque quand il s'agit de la vérité éternelle.

Ne vous rappelez-vous pas que la Parole dit non seulement que nous Le verrons mais que nous Le verrons tel qu'Il est, c'est-à-dire que nous Le verrons comme un feu consumant et j'en suis heureux. Merci Seigneur! Voici une description du Seigneur quand Jean L'a vu tel qu'Il est, il L'a vu comme nous Le verrons -- et qu'en est-il? Soulignons-en quelques points seulement : « Ses yeux étaient comme une flamme de feu. » « Ses pieds étaient semblables à de l'airain ardent, comme s'ils avaient été embrasés dans une fournaise », et « Son visage était comme le soleil lorsqu'il brille dans sa force. » Son vêtement était « blanc comme la neige, comme aucun foulon sur terre ne peut blanchir », « aussi blanc que la lumière » la blancheur d'un éclat perçant, consumant. Voilà ce qu'Il est. Et c'est ainsi qu'Il sera quand Il reviendra; et aucun homme ne Le verra sans la sainteté. Aucun homme ne pourra subsister s'il n'est séparé du péché.

La question qui nous concerne vous et moi aujourd'hui et en tout temps est donc : Comment serons-nous tellement séparés du péché que nous pourrons Le rencontrer dans une flamme de feu! Comment, comment, comment?

Examinez-vous et considérez votre histoire et je ferai de même. Nous regarderons les mauvais traits qui sont en nous, les luttes que nous avons livrées, et les désirs que nous avons eu de vaincre ces tentations et de nous séparer de tout mal afin de pouvoir être vraiment prêts. Où pouvons-nous trouver le temps de nous préparer? Dans le court laps de temps qui reste entre le moment présent et ce jour, y a-t-il du temps? Et si c'est le cas, quand viendra ce temps où vous et moi aurons si bien accompli la chose et où nous serons si bien séparés du péché que nous serons prêts à Le rencontrer dans une flamme de feu? La réponse est : Jamais. Ce temps ne viendra jamais, jamais.

Que ferons-nous alors? Ne me comprenez pas mal. Je n'ai pas dit que le temps ne viendra jamais où nous pourrons être séparés du péché. J'ai dit : Examinez-vous et je m'examinerai, et nous verrons notre vraie nature, remplie de mauvais traits de caractère, et le peu de progrès que nous avons fait sur le chemin de la victoire et posons-nous la question : Quand viendra ce jour où vous et moi serons tellement séparés du péché que nous pourrons Le rencontrer dans une flamme de feu? C'est de ce temps que je dis qu'il ne viendra jamais, jamais.

Mais bénissez le Seigneur, il y a un temps pour être séparé du péché. Aucun temps ne viendra jamais où nous pourrons faire cette oeuvre nous-mêmes; mais le temps est arrivé, maintenant, EN CE MOMENT PRÉCIS, d'être séparés du péché. C'est maintenant le temps d'être séparés du péché et le moment présent est tout le temps dont nous disposons; car « maintenant est le temps favorable, maintenant est le jour du salut ». Seul Dieu peut nous séparer du péché; Il le fera et Il le fera en ce moment même. Béni soit Son nom!

Cependant, ce que chacun doit comprendre, c'est que la seule manière dont Dieu peut séparer et sépare quelqu'un du péché, c'est précisément par le feu consumant de Sa présence. La seule façon, par conséquent, dont vous et moi pourrons jamais être séparés du péché et ainsi rencontrer Dieu tel qu'Il est, dans la flamme de feu qu'Il est, en ce grand jour, c'est de Le rencontrer AUJOURD'HUI tel qu'Il est, dans le feu consumant qu'Il est. La seule façon dont nous pouvons être préparés à Le rencontrer en ce grand jour de Sa venue, c'est de Le rencontrer alors qu'Il vient à nous aujourd'hui. Car il y a une rencontre prévue pour les hommes maintenant, tout aussi réelle que celle du monde en ce grand jour. « Je ne vous laisserai pas orphelins, je VIENDRAI À VOUS » (Jean 14.18 ). Mais n'oubliez pas que s'Il vient vers vous ou vers moi maintenant, ou s'Il vient vers d'autres gens en ce grand jour, Il vient seulement comme un feu consumant.

Écoutez : « Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte », que dit-Il? « J'entrerai chez lui. » Bien. Remercions le Seigneur! « Il est un feu consumant » et quand Il viendra en vous, cette venue consumera tout le péché en vous de sorte que vous pourrez Le rencontrer avec joie dans le feu consumant qu'Il est.

Alors entendez-vous Sa voix? « Voici, je me tiens à la porte et je frappe : si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, J'ENTRERAI CHEZ LUI. » Entendez-vous Sa voix? Alors ouvrez toute grande la porte et gardez-la éternellement ouverte. Souhaitez-Lui la bienvenue dans le feu consumant qu'Il est et la flamme de feu de Sa présence consumera le péché dans tout votre être et ainsi vous purifiera complètement et vous préparera à Le rencontrer dans une flamme de feu en ce grand jour.

Si je Le rencontre aujourd'hui, « dans une flamme de feu », si je Le reçois en moi aujourd'hui en tant que « feu consumant », aurai-je peur de Le rencontrer dans une flamme de feu en ce jour? Non. J'y serai habitué et sachant quel bonheur ce sera d'avoir l'habitude de cette rencontre avec Lui comme « feu consumant », connaissant la bénédiction que cela m'a apportée aujourd'hui, je serai ravi de Le rencontrer en cet autre jour, quand Il Se révélera du ciel dans une flamme de feu. « Notre Dieu est un feu consumant. » Béni soit le Seigneur!

« Qui pourra soutenir le jour de sa venue? Qui restera debout quand il paraîtra? Car il est comme le FEU du fondeur. » Bien. Alors quand je Le rencontre maintenant, dans le feu consumant qu'Il est, je Le rencontre dans un feu qui raffine, qui purifie. « Et il s'assiéra comme un fondeur et purificateur d'argent et il purifiera les fils de Lévi, et les nettoiera de leurs scories comme pour l'or et l'argent, afin qu'ils puissent offrir au Seigneur une offrande de justice. » C'est là la séparation du péché, c'est la purification du péché. Et ceci nous place là où nous pouvons faire au Seigneur une offrande de justice : nous devenons les serviteurs de la justice pour la sainteté, afin que nous puissions rencontrer le Seigneur. Ainsi donc, bénissez le Seigneur qu'Il soit un feu consumant -- qu'Il soit comme le feu d'un fondeur.

Regardez de nouveau cette expression dans l'Apocalypse : « Ses yeux étaient comme une flamme de feu. » En ce jour, Ses yeux s'arrêteront sur chacun de nous et Il verra clairement au travers de nous. Quand Ses yeux seront comme une flamme de feu et que ces yeux s'arrêteront en ce grand jour sur chacun de nous et verront clairement au travers de nous, que fera ce regard pour chaque personne qui est enfoncée dans le péché, corps et âme? Il consumera le péché et le pécheur avec lui parce qu'il n'a pas voulu être séparé du péché. Et aujourd'hui, en ce moment même, ces yeux sont les mêmes qu'ils seront en ce jour. Aujourd'hui Ses yeux sont comme une flamme de feu et « toutes choses sont nues et découvertes aux yeux de Celui à qui nous devons rendre compte ». Très bien. Puisque toutes choses sont nues et découvertes aux yeux de Celui à qui nous devrons rendre compte, que nous ayons des comptes à Lui rendre ou non, pourquoi ne pas accepter le fait, choisir qu'il en soit ainsi et exposer pour notre part toutes choses au regard de Celui à qui nous devons rendre compte? Et ayant ainsi ouvert notre vie au regard brillant de cette flamme de gloire, que se passera-t-il? Ces yeux de flamme vivante verront clairement au travers de nous et consumeront tout le péché et tout le chaume et ils nous purifieront de sorte qu'Il verra en nous Sa propre image.

Il est écrit que nous devons servir le Seigneur « avec sincérité ». La sincérité est pure et vraie; elle est comme du miel épuré. À l'origine, ce mot signifiait couler le miel et le couler encore et encore, jusqu'à ce que, tenant le miel devant la lumière, il soit trouvé sine-cera, « sans cire », c'est-à-dire sans aucune trace de cera flottant dans celui-ci. C'est ce qu'Il dit que vous et moi devons être, aussi vrai que nous sommes chrétiens. Dieu nous purifie dans le sang de Christ et nous place devant la lumière du Seigneur, et le monde ne peut alors voir que la lumière. C'est ainsi que « vous êtes la lumière du monde ».

Voici encore la parole du Seigneur : « Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon coeur! Éprouve-moi, et connais mes pensées! Regarde si je suis sur une mauvaise voie. » (Psaumes 139.23-24 ). Cette parole nous est donnée pour le temps présent et pour tous les temps. Cette autre parole la complète bien : « Éternel! tu m'as sondé et tu me connais, tu sais quand je m'assieds et quand je me lève, tu pénètres de loin ma pensée; tu sais quand je marche et quand je me couche, et tu es familier avec toutes mes voies. Car la parole n'est pas (encore) sur ma langue, que déjà, ô Éternel! tu la connais entièrement. Tu m'entoures par derrière et par devant, et tu mets ta main sur moi. ». Une autre traduction la rend ainsi : « Tu m'as environné de tous côtés et tu tiens ta main au-dessus de moi. » (Psaumes 139.1-5 ). C'est un fait. Il nous a entourés et Sa main est sur nous. Que nous l'acceptions ou non est une autre question; mais c'est un fait pour chaque homme dans tout ce vaste monde. Voilà comment toutes choses sont nues et découvertes aux yeux de Celui à qui nous devons rendre compte.

Puis, quand c'est un fait qu'Il nous a sondés, nous a connus, nous sonde et nous connaît en tout temps, pourquoi ne pas l'accepter comme un fait et en tirer profit? Pourquoi ne pas Lui présenter la parole : « Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon coeur! Éprouve-moi, et connais mes pensées! » Pourquoi? « Regarde si je suis sur une mauvaise voie. » Ô, ceci me place devant Sa face, pour que Ses yeux glorieux de lumière me regardent et brillent à travers moi, comme le feu, cherchant s'il y quelque mauvaise voie en moi! Et l'ayant sondée et étant un feu consumant, Il la consume totalement et me conduit sur la voie de l'éternité.

Ainsi donc, la seule manière sure d'échapper à la flamme de feu en ce grand jour, c'est de recevoir cette flamme de feu en ce jour. C'est pourquoi je le répète, n'oubliez jamais que « notre Dieu est un feu consumant » et que la seule façon d'échapper à ce feu consumant en ce grand jour où il n'y aura plus de possibilité de changer et plus de temps pour choisir, c'est de choisir aujourd'hui le bienheureux changement qui est accompli en recevant librement et joyeusement dans notre vie notre Dieu qui est un feu consumant.

Je me rappelle la parole dite à Moïse. Alors que Moïse s'était approché de plus en plus de Dieu, il dit finalement : « Je t'en prie, montre-moi ta gloire. » C'est exactement ce qui paraîtra au grand jour de Sa venue maintenant toute proche. Il vient « sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire ». En ce jour, Sa gloire couvrira les cieux et la terre sera remplie de Ses louanges. En ce jour, Il sera « enveloppé d'un éclat de gloire infinie », et « tout oeil le verra ». Mais qui pourra Lui faire face? C'est là la question et voici la réponse : « Seuls ceux qui ont prié et disent maintenant cette prière chrétienne : « Je t'en prie, montre-moi ta gloire. »

Quand Moïse prononça cette bienheureuse prière chrétienne, le Seigneur lui dit : « Voici un lieu près de moi... et je te mettrai dans un creux du rocher, » « et je ferai passer devant toi toute ma bonté ». « Et il arrivera que lorsque passera ma gloire, je te couvrirai de ma main. Puis j'enlèverai ma main » et tu me verras (Exode 33.19, 21-23 ). Ainsi, même si chaque homme devrait redouter la terreur de la gloire consumante du Seigneur en ce grand jour, il y a aujourd'hui une place près de Lui. Aussi devons-nous offrir à toute âme et je vous l'offre aujourd'hui de Sa part : Venez et tenez-vous là à côté de Lui, en présence même de la gloire ardente. N'ayez pas peur. Moïse n'était pas capable d'endurer la plénitude de cette gloire consumante ce jour-là; mais le Seigneur, dans Son amour, l'a couvert de Sa main, et l'a protégé des effets de cette gloire qu'il était incapable d'endurer.

En ce jour-là, la grande détresse des gens sera de ne pas pouvoir endurer Sa gloire. Les rois de la terre et les grands, les hommes riches, les chefs et les capitaines, et tout esclave, et tout homme libre fuiront vers les rochers et les montagnes [en disant] : « Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône et devant la colère de l'Agneau; car le grand jour de sa colère est venu et qui peut subsister? » (Apocalypse 6.16-17 ). La gloire éclatante de Dieu resplendira sur la terre et ces gens ne pourront la supporter.

Mais aujourd'hui n'ayez pas peur. Il dit : « Il y a une place près de moi », il y a une place « dans un creux du rocher » et « je te mettrai dans un creux du rocher » et je « te couvrirai de ma main », de sorte que tu pourras endurer l'éclat éblouissant et le pouvoir purificateur de Ma gloire. Et le feu consumant de Ma présence consumera tout péché. Je « te couvrirai de ma main », Je te protégerai même de cette faiblesse qui est en toi qui te rend incapable de supporter la plénitude de Ma gloire. Et quand Il enlèvera Sa main en ce grand jour, ceux qui seront demeurés à Ses côtés et auront été purifiés en vivant dans ce feu consumant jusqu'à ce qu'ils soient blanchis et épurés, pourront voir Sa figure sans voile. Nous Le contemplerons dans toute Sa gloire et nous Le verrons tel qu'Il est.

Et c'est là que nous en sommes maintenant, nous devons regarder. Le visage découvert, nous pouvons regarder, même en ce moment, Sa face. Car Dieu a voilé dans la chair de Jésus-Christ la puissance destructrice de la gloire de Sa face afin que, après avoir brillé dans nos coeurs, Il nous donne la lumière de la connaissance de la gloire de Dieu dans la face de Jésus-Christ. En regardant la face de Jésus-Christ, nous voyons la face de Dieu et « Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par l'Esprit du Seigneur » (2 Corinthiens 3.18 ).

Que chaque âme reçoive Alors le glorieux message que Dieu envoie au monde : « Recevez le Saint-Esprit », accueillez cet Esprit béni qui produit ce changement par lequel nous sommes transformés de gloire en gloire et préparés à Le rencontrer en ce grand jour de gloire; et ne recevez pas seulement le Saint-Esprit, mais convoitez sincèrement les dons les meilleurs que le Saint-Esprit apporte avec Lui. Désirez les dons spirituels car ce sont eux qui doivent nous amener à la perfection en Jésus-Christ. C'est seulement de cette manière que nous serons rendus parfaits en Jésus-Christ, et prêts en Christ à Le rencontrer tel qu'Il est.

Dieu est un feu consumant et j'en suis heureux. Notre Dieu vient et j'en suis heureux. Il vient dans une flamme de feu et j'en suis heureux. Il vient dans toute Sa gloire et j'en suis heureux. Je suis triste de savoir qu'Il devra exercer Sa vengeance; mais je suis content que le jour vient où tout péché sera anéanti par notre Dieu qui est un feu consumant.

Venez frères. Êtes-vous prêts? Êtes-vous prêts à Le rencontrer en ce jour? Sinon, Il vous dit aujourd'hui : « Il y a une place près de moi. » Viens aujourd'hui et tiens-toi à cet endroit à côté de moi. Je te révélerai toute Ma gloire, « je ferai passer devant toi toute ma bonté ». Et là où il y a un défaut en toi qui ne peut maintenant supporter le feu profondément consumant de cette gloire, je « te couvrirai de ma main » jusqu'à ce que tout soit terminé, afin que Je puisse te séparer de tout péché et te sauver en ce jour de gloire.

Ô recevez donc Celui qui est un feu consumant! Demeurez en Sa présence. Ouvrez-Lui votre vie. Reconnaissez le fait qu'Il est un feu consumant, qu'Il ne sera jamais rien d'autre. Et quand ce grand jour éclatera sur la terre dans toute sa gloire, nous nous réjouirons aussi en ce jour. Alors nous serons debout et dirons : « Voici, c'est notre Dieu » Mais quoi! avec les montagnes projetées dans les airs, chaque île s'enfuyant de sa place, la terre se soulevant et les cieux se déroulant comme un rouleau, dans un bruit plus qu'assourdissant, avec des flammes de feu tout autour, Sa figure brillant comme le soleil et Ses yeux comme une flamme de feu, nous nous réjouirons dans tout ceci? Oui, bénissez le Seigneur! Nous nous réjouirons parce « c'est notre Dieu ». Nous L'avons vu auparavant, nous avons vécu avec Lui; nous avons reçu Sa présence consumante; nous avons accueilli la Flamme vivante dont les yeux sont comme une flamme de feu, afin qu'ils nous transpercent de bord en bord, nous sondent et expulsent toute mauvaise voie en nous. Nous savons quelle bénédiction et quelle joie sont apparues dans nos vies quand Sa gloire consumante nous a purifiés du péché et de pécher et a fait de nous des serviteurs de la justice pour la sainteté. Et sachant quelle bénédiction ce fut, nous nous exclamerons, dans la plénitude d'une joie parfaite : « Voici, c'est "vraiment" notre Dieu. » Nous Le voyons maintenant plus pleinement qu'auparavant. Et cela veut dire encore plus de bénédictions. « Voici, c'est notre Dieu; nous l'avons attendu et il nous sauvera : C'est le Seigneur; nous l'avons attendu, nous serons heureux et nous nous réjouirons dans son salut » (Ésaïe 25.9 ).